Reddit – natureismetal – La langue d’un pivert s’enroule autour de son' cerveau pour le protéger pendant qu’il martèle des unités de 1500 g-force !

Ok, donc j’ai regardé plus en détail. Il semble qu’il y ait des informations contradictoires sur ce sujet sur internet.

La source que j’ai utilisée dans mon commentaire précédent, et la page assez détaillée de wikipedia sur les pics ne listent pas cette structure unique de la langue dans les caractéristiques qui jouent un rôle dans l’absorption des chocs de la tête de l’oiseau.

Cependant, d’autres sources, comme celle que vous avez mentionnée, et en voici une autre qui dit explicitement que la structure de la langue aide à l’absorption des chocs.

Maintenant, je ne suis pas un ornithologue ou un biologiste, mais j’ai quand même vérifié les articles académiques réels ; malheureusement, la plupart d’entre eux étaient derrière des paywalls, mais voici ce que j’ai trouvé :

  • May, P.R.A., Fuster, J.M., Newman, P.A. &Hirschman, A.(1976) : Les pics et les blessures à la tête. Lancet 307,454-455.

Celui-ci est derrière le paywall, mais un autre article* (avertissement, auto-download pdf) y fait référence :

Divers mécanismes d’absorption des chocs, impliquant les muscles attachés à l’extrémité arrière de la mandibule… ou ceux reliés à la langue, qui s’enroule autour de l’arrière de la tête (May et al., 1976) ont été proposés.

*Gibson, L. J. « Woodpecker Pecking : How Woodpeckers AvoidBrain Injury ». Journal of Zoology 270.3 (2006) : 462-465. Web. 20Avr. 2012. © 2006 The Zoological Society of London

L’article de May et al. est en fait référencé dans l’une des sources « pro-langue » postées ci-dessus. Donc cet article affirme que la langue fait partie des mécanismes d’absorption des chocs. Je dois noter ici que cet article date de 1976.

L’article de référence mentionne un autre article, plus récent (1999):

  • Bock, W.J. 1999 : Morphologie fonctionnelle et évolutive des pics. Dans : Adams, N.J. & Slotow, R.H. (eds) Proc. 22 Int. Ornithol. Congr.

(download page)

Le référencement (suite du haut):

Divers mécanismes d’absorption des chocs, impliquant les muscles attachés à l’extrémité arrière de la mandibule (Bock,1964 ; Spring, 1965 ; May et al., 1976) ou ceux connectés à la langue, qui s’enroule autour de l’arrière de la tête (Mayet al., 1976), ont été proposés. Pourtant, toutes ces propositions souffrent de la difficulté que de tels mécanismes d’absorption des chocs fonctionnent en augmentant la durée de l’impact, diminuant la force et, par conséquent, l’efficacité du forage (Bock, 1999a).

Citation directe de Bock:

Les suggestions des mécanismes d’absorption des chocs pour réduire les forces agissant sur la caisse cérébrale et le cerveau des pics pendant le forage peuvent, par conséquent, être rejetées.

C’est-à-dire que, selon Bock, ce sont d’autres facteurs (la structure du crâne) qui réduisent le traumatisme subi par le cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.